ADAF asbl

Communiqué N°44

06/06/2009 14:53

Fortis Holding complice de BNP Paribas

L’ADAF a pu se procurer un document édifiant (www.adaf.be/documents/Termonia-for-BNP.pdf) démontrant clairement que BNP Paribas, contrairement à ce que Baudouin Prot avait toujours déclaré, s'est assuré le vote d'au moins 115.000.000 d’actions, soit près de 5 % du capital, représentant environ 20 % des voix lors des assemblées générales des 28 et 29 avril 2009.

Clairement intitulé « Termonia for BNP », du nom de Philippe Termonia, employé de Fortis Holding en charge des mandats pour les assemblées générales, ce document reprend, entre autres, une série d’ « amis » de BNP Paribas dont Air France, AG2R, Axa, Aviva, Goldman Sachs et le fameux Hedge Fund des îles Cayman, Eton Park, dirigé par un proche de Sarkozy. Sans oublier BNP Paribas elle-même.

Il est à noter que Monsieur Termonia avait de nombreuses autres procurations indiquant à chaque fois pour compte de qui il votait. Comme, par exemple, « Termonia for ING ».

N'oublions pas que la Loi impose à tout détenteur direct ou indirect de plus de 3 % des actions d'une société cotée en bourse de faire une déclaration de transparence.

Tout cela prouve que Maitre Modrikamen avait raison lorsqu’il demanda la limitation des droits de votes par crainte de magouilles en tout genre. Rappelons qu'il avait été débouté en appel, car  le tribunal avait estimé que rien ne prouvait que les "nouveaux actionnaires" étaient pro-BNP Paribas. Un des éléments qui avait décidé le tribunal dans ce sens était que les avocats de Fortis Holding avaient déclaré catégoriquement que BNP Paribas n'agissait pas de concert avec d'autres actionnaires pour obtenir ce qu'ils recherchaient. Ce qui n'avait pas manqué d'influencer fortement le Président de la Cour d'appel et les deux conseillères.

Rappelons enfin que Monsieur De Mey, Président de Fortis Holding, avait refusé le 28 avril 2009 d'autoriser l'assemblée générale à se prononcer sur ces droits de vote. Et cela, alors que Fortis Holding savait pertinemment que ces actionnaires allaient agir de concert (et pour cause vu qu'ils votaient pour eux).

Il parait en tout cas de plus en plus clair que de nombreuses manipulations ont été commises pour que BNP Paribas passe à tout prix et il est difficilement imaginable que tout cela se soit fait à l'insu des responsables politiques qui ont géré ce dossier…



Tous les communiqués